Plan ovin départemental

Avec 125 000 hectares entretenus par 2 315 exploitants, la Haute-Savoie est forte d’une agriculture de montagne de très grande qualité reconnue pour la diversité de ses productions laitières, fromagères, viticoles fruitières et maraichères (pommes, poires, miel), la plupart étant labellisées AOC, AOP ou IGP.

Agir pour une agriculture de qualité

L’agriculture est donc un secteur-clé de notre territoire. C’est pourquoi, le Conseil départemental de la Haute-Savoie a, dès 2022, doublé l’enveloppe dédiée à l’agriculture, la passant ainsi à 10 millions d’euros, cela pour aider nos agriculteurs à faire face aux enjeux actuels et à préserver la richesse du monde agricole.

À travers le Plan ovin départemental, travaillé en étroite collaboration avec le syndicat des Éleveurs de moutons de Haute-Savoie et l’Union des éleveurs de la race Thônes et Marthod, c’est un accompagnement supplémentaire que le Conseil départemental souhaite apporter à la spécificité de notre agriculture.

Articulé autour de trois axes, il s’inscrit en complémentarité du Programme régional FEADER 2027- 2028, du Plan de filière régional ovin viande 2023-2027 et du Plan de filière régional ovin et caprin lait 2023-2027.

Pour répondre aux enjeux de la filière et aux besoins des éleveurs, le Plan soutient, à hauteur de 40% avec une bonification pour les nouveaux installés mais aussi pour les exploitations situées en zone de montagne, les acquisitions de matériels et d’équipements destinés à préserver l’état sanitaire des troupeaux et à améliorer le bien-être animal, protéger l’environnement et améliorer les conditions de travail en transformation et en commercialisation des produits. Autant de mesures destinées à soutenir nos brebis, nos moutons et notre terroir.

Le Département soutient la filière agricole

L’agriculture en Haute-Savoie allie productions de qualité et pratiques agricoles adaptées aux contraintes du milieu montagnard. L’élevage de brebis occupe une place importante sur le territoire avec un double objectif : la production de viande d’agneau autour de la marque « Agneau Pays de Savoie », gage de qualité et la production laitière transformée en totalité sous forme de tomme, lactique, yaourt et autres fromages.

Avec des enjeux forts d’autonomie fourragère, de renouvellement des générations ou encore de maintien de la biodiversité du territoire, la filière ovine joue un rôle socio-économique et environnemental majeur.

Le Conseil départemental de la Haute-Savoie souhaite soutenir et encourager le développement de la filière ovine par le biais de subventions des petits matériels et équipements visant des modes de production de qualité, moderne, responsable tout en veillant au bien-être animal mais aussi des éleveurs.

Modalités d’interventions

  • Subvention à hauteur de 40 % pour les investissements en petits matériels et équipements liés à une activité d’élevage, de production, transformation, conditionnement, stockage et commercialisation
  • + 10 % pour les nouveaux installés (jeunes agriculteurs ou agriculteurs qui se sont installés au cours des cinq années précédant la date de la demande d’aide)
  • + 10 % pour les sièges d’exploitations situés en zone de montagne
  • Le taux d’aide pourra être abaissé en fonction des autres financements perçus. Le montant minimal de la subvention est fixé à 500 €

Bénéficiaires

Exploitations ovines dont le siège social est situé en Haute-Savoie, affiliées à la Mutuelle sociale agricole (MSA) et à jour de leurs cotisations sociales et fiscales.

La filière ovine en Haute-Savoie

  • 18 000 brebis mères sur les 2 Savoie. 1/3 des troupeaux localisés en Haute-Savoie
  • 3/4 pour la viande et 1/4 pour le lait
  • 100 à 130 brebis par troupeau
  • Une majorité des exploitations situées en zone de montagne et haute montagne : 1 300 mètres d’altitude en moyenne.

2 acteurs majeurs de la filière :

  • Le Syndicat éleveurs de moutons de Haute-Savoie (SEM 74)
  • Et l’Union des éleveurs de la race Thônes et Marthod (UTM)

Focus sur la race Thônes et Marthod

Reconnue pour sa viande, son lait mais aussi sa fonction patrimoniale, la race Thônes et Marthod est aujourd’hui considérée comme menacée par l’Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE). Avec une transformation quasi exclusivement fermière et une commercialisation majoritairement en vente directe, la préservation de la race est primordiale pour le maintien d’une filière responsable et de qualité. L’union des éleveurs de la race Thônes et Marthod (UTM) est présente pour préserver et maintenir cette race locale.

• 7 000 brebis en France, dont 4 000 dans les Savoie
• 30 exploitations « pures », constituées à 100 % de brebis Thônes et Marthod

Un plan ovin en 3 axes Consulter le plan ovin
DANS LA MÊME SECTION